Les Toxiques.

J’écris cet article suite à une grande réflexion sur moi-même qui s’est échelonnée sur pratiquement plusieurs mois. Je rédige aussi en légère connaissance de cause; mon but ici est en fait de dresser une liste établissant le portrait de ce à quoi peut ressembler un lien interpersonnel toxique. À un moment ou à un autre, je crois que chaque individu rencontre sur sa route une personne qui lui nuira de façon parfois si subtile que rien ne pourra le convaincre de pousser cet élément négatif hors de sa vie. Que ce soit au travers de la manipulation ou de commentaires désobligeants camouflés sous de faux titres, nous expérimentons tous la toxicité. Il est d’ailleurs grandement temps de non seulement la chasser, mais en repérer les signes et se respecter suffisamment soi-même pour ne plus jamais accepter d’y faire face et abdiquer.

 

  1. Le jugement.

Vous commencez à vous éprendre d’un intérêt soudain pour les arts, vous qui étiez plutôt de nature sportive. Vous lisez donc différents articles, visionnez des documentaires traitant d’œuvres postmodernes ou contemporaines et décidez de concrétiser cette curiosité en passion. Pourquoi pas débuter des cours de peinture? Vous en parlez à cette personne avec qui vous partagez beaucoup de vos pensées; Le Toxique. Il vous répond: ”C’est ridicule. Tu n’as jamais aimé l’art. Pourquoi maintenant? Il n’y a absolument rien dans ce que tu me dis qui concorde avec ta personnalité. Laisse tomber.” Cela doit être un conseil judicieux… après tout, il vous connaît mieux que quiconque. Pourquoi le contredire? Remettez vous au tennis et oubliez tout.

Malheureusement, cette situation est plus que nocive et fréquente, qu’elle se dégage d’un lien parent/enfant, frère/sœur ou entre amis. Nous n’avons tous qu’un passage sur Terre, et le gaspiller en se  restreignant à la perception qu’un seul être a de vous est du gâchis pur. Prenez les devants sur vos pensées, cessez de chercher l’approbation des autres. Il est temps de s’y mettre.

 

2. La solution rapide par la manipulation.

En couple depuis maintenant 4 ans, tout semble bien aller avec l’être aimé. Vous passez beaucoup de temps ensemble, il est d’ailleurs vrai que parfois, vous avez besoin d’espace… mais votre douce moitié ne semble pas du même avis. Bon, peu importe, tant que tout fonctionne relativement bien entre vous. Par contre, plusieurs éléments étouffants tournent tranquillement dans votre tête; peut-être est-il temps de prendre une pause. L’évocation de ce besoin de temps pour vous recentrer sur vous-même rend votre âme sœur folle furieuse; le conflit éclate. Arguments qui n’en finissent plus. Pour tout régler, l’élu de votre cœur vous propose un marché; envoyez lui donc des photos coquines, ou bien réglez tout sous la couette et n’en parlons plus! Le Toxique le propose de façon si douce et charmante, c’est donc probablement la solution propice à adopter… mais vous a-t-il réellement écouté? A-t-il prêté attention à vos besoin, ou plutôt à ses pulsions?

Le classique d’une relation abusive qui, pourtant, semble si parfaite vue de l’extérieur. Les apparences sont souvent trompeuses. Jamais vous ne devriez accepter que l’on se joue de vous, que l’on vous manipule pour obtenir ce que l’on veut et surtout, que vous ne soyez pas écouté convenablement. Une relation amoureuse se doit d’être axée sur la communication et le respect. Cela semble être un bien vieux discours; et pourtant, encore beaucoup n’ont pas prêté attention à ces sages paroles. Moving on to the next one!

 

3. Dénigrement puisque affinité.

Une amie vous écrit, il y a longtemps que vous n’êtes pas allé prendre un verre, il serait grand temps! Vous vous souvenez malgré tout que cette fille-là, elle n’a pas la langue dans sa poche. Toujours directe avec tout le monde. Mais vous l’aimez comme ça, non? Vous vous mettez sur votre 31, impatiente de la revoir. Jolie jupe, talons hauts et maquillage sont au rendez-vous. Première entrée au bar et déjà, elle est assise devant le barman et vous crie de l’autre bout de la pièce: ”Woow, t’as toujours l’air de la salope que t’étais!” en éclatant de rire. Vous, vous riez jaune. Tout le monde dans la place vous regarde et leur expression faciale n’est pas flatteuse. Il s’était écoulé quelques mois sans que vous n’osiez porter des vêtements un peu plus révélateurs; l’estime de soi n’est pas votre force, elle le sait pourtant.

Exemple davantage féminin mais qui s’applique tout autant chez les hommes. Entre boys, tout est à prendre à la blague à ce qui parait. Mais ce ne sont pas toutes les pilules qui sont faciles à avaler. Se faire traiter de tapette par les autres joueurs de votre équipe de hockey dans le vestiaire alors que ça fait des années que vous cherchez un moyen de leur dire qu’en effet, vous aimez les hommes. Et que non, le terme tapette n’est pas convenable. Ça sent le rejet imminent à plein nez.

 

4. Être acquis.  

Autre exemple de couple tiré d’une situation qui peut être vue dans plusieurs autres types de relations interpersonnelles. Depuis un bon moment maintenant, vous accumulez les ruptures avec votre compagnon de vie. Il vous largue et revient toujours vous ramasser à la petite cuillère entre deux dates Tinder en sachant très bien que vous pleurez chaque soir son départ. Vous n’êtes pas faible, il faut seulement se l’avouer; vous êtes un(e) émotionnel(le) né(e) et ce n’est pas toujours évident pour vous de garder le trop plein à l’intérieur. À chaque fois que vous croyez vous en sortir, cupidon ne tient pas deux semaines en place sans vous piquer la même flèche empoisonnée dans le même spot. Vous revenez donc au même Toxique, en espérant que cette fois, il sera fidèle, loyal, respectueux (???).

C’est dans ce genre de situation que votre entourage vous juge. Tout le monde vous dit que vous devez vraiment être 2 watts pour baigner dans la même piscine de problèmes et que rendu là, vous ne voulez simplement pas vous aider. Et vous savez qu’ils ont raison à quelque part. Mais moi, je vous confirme que ce que vous expérimentez et vos réaction en lien avec tout ce qui se produit autour de ce Toxique est justifiable. Cette relation est basée depuis longtemps sur tant de manipulation et de paroles malsaines que vous en êtes venu, à un certain point crucial, à vous oublier et à tranquillement tout concéder à cet individu. Votre perception de vous-même est devenue sienne, il vous contrôle, décide de ce que vous voulez et pensez de votre propre personne. Pourtant non.

 

Il est difficile d’admettre que l’on se trouve dans ce cercle vicieux lorsqu’on y est. Plus on s’y enfonce, plus on donne au Toxique l’accès à toute nos insécurités. À force de trop s’exposer et de lui laisser les reines de nos faits et gestes, on en perd le contrôle, tout dérape et l’impression que nous avons besoin de cette personne dans notre vie prend place. ”Mais il/elle ne voulait pas mal faire, il/elle m’aime, il/elle veut mon bien. Sinon, pourquoi est-il/elle encore dans ma vie?”. Pour un triste besoin de contrôle malsain. D’un aspect plus sérieux, il est essentiel de reconnaître les indices d’une relation toxique avant que celle-ci n’en vienne à de l’abus psychologique ou même physique grave. Il est vrai que je me suis autodétruite dans ce genre de pattern, et je ne souhaite cela à personne. Pas même à mon pire ennemi.

 

Stay safe, les petits humains peu nombreux qui me lisent.

 

 

 

Advertisements